Bye Bye Hong Kong, Hello Manila !

11 décembre 2016

Bye bye Hong Kong

Au revoir Hong Kong
Quelle impression nous laisse Hong Kong ? Hong Kong impressionne et éveille la curiosité. Elle ouvre une porte sur une Asie effrénée, dont les capacités de développement ne sont plus à démontrer. Hong Kong surprend. Certes. 

Mais, elle n’a pas réussi à nous émouvoir outre mesure. Durant l’entièreté de notre visite, une brume, presque palpable, nous a entourés, nous privant ainsi du bleu du ciel, des nuages et de leurs formes généreuses, d’apaisants couchers de soleil … Aussi, les échanges avec les habitants sont restés distants. Courtois mais presque mécaniques. Notre impression principale a été celle de voyager dans le temps. Dans un endroit du futur. Où les lumières artificielles remplacent la luminosité naturelle. Où la vie va vite au rythme d’une ville en plein développement. Imposants, immenses, les immeubles nous cadrent, nous dirigent, et nous avalent souvent dans leur ventre aseptisé couvert d’étals : les malls. À chaque coin de rue, à chaque coin de vie. 

Nous saluons donc la ville, heureux de nos découvertes et impatients de retrouver notre Manille ... 


Hello Manila

Manille !
Comme à son habitude, Manille nous accueille spontanément, avec une belle claque dans la figure. Les portes coulissantes de l'aéroport s'ouvrent devant nous, chargés de notre charriot débordant de colis. Manille alors nous crache en pleine face son haleine brulante et humide ! Plus de trente degré et un taux d'humidité frôlant les 80%

De même, comme un refrain à chaque fois que l'on y revient, des aides pleuvent de toute part. "Can I help you ma'am", "May I help you, sir ?" Notre gentil chauffeur de la Chillout guesthouse nous aide à soulever les caisses, le policier du parking aussi ainsi qu'un illustre inconnu qui trainait par là ... nous n'avons pas à lever le petit doigt que nous voilà déjà dans le van motorisé à côté du gentil chauffeur venu nous chercher ... Nous nous avançons lentement dans la circulation et entamons la conversation. Les Philippins, en général, sont très curieux et posent beaucoup de questions.

"- What's the weather like now in your country ? 
- Oh ... cold ! ... very cold 
- oo, cold like that ?" demande notre chauffeur en rapprochant sa main de la sortie de l'air co qui crachait généreusement un fastidieux air froid. Nous sourions et répondons que non, "non, il fait bien plus froid que ça !". "Like that ?" Ne voilà-t-il pas qu'il fait tourner de quelques 190 degrés le petit bouton de l'air co direction un froid glacial. "NOOOOOOOOO!" Trop tard, la congélation avait déjà entamé, et apparemment, pas question de la baisser. "So you wear things on your ears when you go out there ?" Peut être aurait-il voulu qu'on lui en sorte un exemplaire. Nous en rêvions aussi à cet instant !

Pendant ce temps, Manille défile derrière les vitres. Nous nous étonnons du point auquel elle a changé depuis nos dernières visites : des immeubles ont poussé comme des champignons, des rues entières ont changé de sens et un immense viaduc a recouvert la dernière portion de route amenant à l'aéroport - la voie rapide. Le gentil chauffeur nous raconte qu'il y a à présent quatre terminaux d'aéroport. Alors que nous en avons connu un, peut être 2 à l'époque ...

Les jours qui suivent, nous redécouvrons une mentalité forte d'optimisme. Nous entendons les gens chanter à tous les coins de rues, dans les magasins, dans la guesthouse, nous nous amusons à les voir danser, improviser d'improbables chorégraphies dans les endroits les plus insensés, nos promenades sont ponctuées de "hello Sir", "hello ma'am", "were are you from ?", "how are you ?" ... petits échanges qui sont des bouffées d'air frais dans un chaos oppressant ...   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire